Film sorti en 1997 – Réalisé par Taylor Hackford

Thème thérapie : impacts de la vanité

“La vanité te perdra !”

Un bel avocat, Kevin Lomax, (Keenu Reves) et sa très jolie femme (Charlize Theron) vivent dans un petit bled perdu, près de la mère de Kevin, protagoniste ayant la caractéristique d’être extrêmement pieuse (indice à ne pas négliger pour la suite du film).

Le film commence sur le procès d’un pédophile présumé, qu’il remporte haut la main en n’étant pas très sûr d’être du côté du bien, mais il est si vite félicité pour l’avoir gagné qu’il en oublie le goût amer.

A partir de là, Kevin est contacté par l’un des plus grands cabinets d’avocats de New York, et se laisser emporter avec sa tendre et magnifique épouse dans les buildings et la grande-vie New-Yorkaise, le luxe et la luxure de ses nouveaux collègues (ce qui m’a fait un peu penser au film “La Firme”, de Sydney Pollack).

Kevin, valorisé au plus haut par ses collègues et surtout, le patron du cabinet d’avocats (Al Pacino), ne verra pas l’état psychologique de son épouse se déliter au fil des petites remarques de leurs nouveaux “amis”.

La descente aux enfers commence, dans la ville de New York, où les traders et avocats pullulent dans les quartiers d’affaires, et mènent une vie sans limites.

Tout au long du film, gagnant procès ingagnables sur procès ingagnables, Kevin sera questionné, même par son propre patron, sur lui-même et sur ses ambitions. Trouvera t-il sa réponse?

Il y a une scéne de ce film que j’ai particulièrement aimée, où A l Pacino, un béret sur la tête, en vieil imperméable, explique à Kevin, le costard-cravate haut, plein de verve, ce qui marque un homme faible et perméable aux regards des autres, en regard de celui qui n’en a pas besoin (bien sûr, il s’agit là de mon interprétation).

« La vanité, celle que l’on retrouve souvent dans les grandes villes, souvent au sein des classes sociales hautes, est ce qui mène l’homme à sa perte. Elle peut le mener au plus haut socialement, mais au pire moralement et le conduire à perdre son âme»

AJ
Photo de Sanaan Mazhar sur Pexels.com

« La vanité, celle que l’on retrouve souvent dans les grandes villes, au sein des classes sociales hautes, est ce qui perd l’homme. Elle peut le mener au plus haut socialement, mais au pire moralement et le conduire à perdre son âme»

AJ

  1. Hi, this is a comment. To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in…

saori226

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *