« Ce qui compte, c’est ce que tu crois que tu es»

Thème thérapie : faire “comme si”

Dans la vie quand parfois tout bascule, l’une des solutions possibles, pour ne pas perdre pied, et toujours tendre vers le meilleur, c’est de se comporter “comme si”. Notre comportement et notre attitude influent sur notre posture intérieure comme sur l’extérieur (les autres), et donc notre rapport au monde, et attirent les bonnes choses (si on a une attitude qui reste positive).

L’histoire …

L’histoire d’une petite fille, riche héritière anglaise venue des Indes, dont la papa meurt en la laissant sans le sous.

“La petite princesse” devient soudain une pauvresse, et le souffre-douleur de la directrice de son pensionnat ainsi que de ses anciennes camarades de classe. Son bon coeur la conduit à découvrir quelques alliés de taille, et l’aide à résister aux maltraitances physiques et psychologiques qui lui sont infligées.

Cette histoire, vous la connaissez peut-être déjà, si vous avez été vous aussi happés par les histoires racontées par les dessins animés des années 1980, puisque celle-ci a été retranscrite via le dessin animé “Princesse Sara”, diffusé sur la 5.

L’un des messages que j’y ai trouvé (et que l’on retrouve en notion de PNL), c’est, malgrè tout ce qui nous arrive dans la vie, de faire “comme si”.

Dans le livre comme dans le dessin-animé, Sara ne cesse jamais de se comporter comme une princesse, une jeune fille noble, même lorsqu’elle devient servante (ce qui a le don d’agacer sa chère directrice, qui le lui fera payer maintes fois). Et son chemin la reconduira a sa condition initiale.

Outre le fait de ne jamais désespérer d’une quelconque situation, pour moi, ce qui arrive à l’héroïne montre que c’est l’attitude, et surtout que, c’est ce que l’on croit que l’on est, que l’on devient au final (notion de prophétie auto-réalisatrice). Ce qui compte, et qui nous pousse vers le meilleur de nous mêmes, et les meilleures situations possibles pour nous dans la vie, c’est ce que l’on croit qu’on mérite, et ce malgré le fait que la réalité et les gens autour nous y renvoient, ou encore nous renvoient au passé, à ce que l’on a pu être.

Bon à savoir : une bande-dessinée, plus poétique, dans un univers de poupées et de fées, a également été réalisée sur cette histoire.

Photo de Elina Sazonova sur Pexels.com

« Ce qui compte, c’est ce que tu crois que tu es»

AJ

  1. Hi, this is a comment. To get started with moderating, editing, and deleting comments, please visit the Comments screen in…